Rose et l’automate de l’Opéra

rose

Rose et l’automate de l’opéra, Fred Bernard et François Roca, Albin Michel Jeunesse

Le geste délicat d’une main, la grâce d’un port de tête, la rigueur dans le mouvement…  Pas de bourrée, jeté, plié, comment était-ce, déjà ?…

Abandonné dans le grenier de l’Opéra de Paris, Hermès, automate désarticulé et enfermé dans un coffre, tente de rassembler les souvenirs de sa grandeur passée. Mais la curiosité d’un petit rat de l’opéra va le sortir de l’ombre…

Élève danseuse, Rose aime découvrir les mystères du majestueux opéra. Et c’est dans le grenier qu’elle va desceller le plus incroyable de tous!

Les visites régulières de la jeune danseuse vont ranimer les mécanismes rouillés du vieil automate. Avec l’aide d’un machiniste, elle va le remettre en état de marche et lui permettre de retrouver la gloire dans une dernière danse…

J’aime énormément l’univers de Fred Bernard et François Roca. Chaque fois ils m’entraînent vers des contrées inattendues, les illustrations sont sublimes (toujours teintées de mystère et d’onirisme) et j’apprécie le fait qu’ils visitent des thèmes rarement abordés en littérature jeunesse; si bien que leurs histoires peuvent plairent autant aux enfants qu’aux adultes.

Mais celui-ci me tient particulièrement à cœur.J’ai toujours porté un profond intérêt pour la danse. C’est un art qui, pour moi, représente la grâce et la liberté, et je trouve que ces éléments sont merveilleusement représentés dans ce livre. Mon petit cœur de petit rat est comblé!

Caalypso

Publicités

Le coeur a ses raisons…

Pendant quelques mois, j’ai dû laisser mon Cabinet à l’abandon… Beaucoup d’épreuves et de questionnements m’ont forcé à m’éloigner.

Mais je reviens, doucement mais sûrement, reprendre du service pour vous parler d’albums ET de littérature Young Adult (et peut-être même de littérature).

J’espère que mes petites pépites vont vous plaire!

A (très) bientôt!

Caalypso

La littérature YA qui a fait battre mon coeur en 2013…

La littérature YA est pour moi synonyme de divertissement. Je la lis pour le plaisir, par besoin de m’évader loin de mon quotidien. Elle représente un moment de détente privilégié. Il est très rare qu’un titre Young Adult me bouleverse. Pourtant, cette année, trois romans « cross-age » ont fait chavirer mon cœur et même si mon Cabinet des Curiosités est essentiellement composé d’albums jeunesse, je n’ai pu m’empêcher de leur réserver une place particulière dans mes étagères.

Le Monde de Charlie

COUV_lemondedecharlie

Le Monde Charlie, Stephen Chbosky, Editions Sarbacane

Un récit de vie poignant, un personnage touchant dont la candeur, la fragilité, la beauté d’âme, le phrasé unique et les questionnements sur la vie et l’amour m’ont chamboulé, une bande-son à faire pâlir plus d’un blockbuster hollywoodien, une bande d’amis dans laquelle on se sent bien, etc.

Le Monde de Charlie est l’un des rares livres m’ayant ému jusqu’aux larmes. Page après page, on découvre Charlie, son mal-être, ses réflexions, ses secrets et ses expériences de vie. Et plus on avance dans l’histoire plus on veut savoir ce qu’il va se passer. Impossible de lâcher le livre, il faut lire encore et encore. Et après avoir lu le livre d’une traite, en quelques heures, on n’est pas rassasié, il nous en faut plus. Il y a comme un besoin de passer encore un peu de temps avec Charlie, de l’entendre nous parler de ces livres qui l’ont marqués et de sa façon de voir la vie.

Ce livre a laissé une empreinte dans mon esprit et dans mon cœur, et je ne peux m’empêcher, de temps en temps, de revenir rendre visite à Charlie.

Si vous souhaitez découvrir une description plus complète sur Le Monde de Charlie, n’hésitez pas à aller voir ma chronique sur le blog de mon amie Ebru, une collectionneuse de livres insatiable: http://lireensemble.esy.es/2014/01/07/a-la-decouverte-du-monde-de-charlie/

Nos étoiles contraires

COUV_NosEtoilesContraires

Nos étoiles contraires, John Green, Editions Nathan

Hazel, 16 ans, est condamnée. Atteinte d’un cancer incurable, ses jours sont comptés, même si un traitement « miracle » ralentit l’inévitable. Accrochée à un respirateur, elle passe la plupart de son temps cloîtrée chez elle, surprotégée par ses parents, à lire et relire Une Impériale Affliction et à regarder Top Model USA. Son seul contact avec l’extérieur est un groupe de soutien pour jeunes vivant avec le cancer ou en rémission. Autant vous dire qu’Hazel n’est jamais très motivée à venir à ces réunions… Entre ceux qui s’en sont sortis et ceux qui luttent chaque jour pour survivre, ces séances ne font que lui rappeler que sa fin est proche. Pourtant, un nouveau venu dans le groupe va changer la donne. Augustus, 17 ans, est non seulement beau comme un dieu, mais il partage avec Hazel le même humour noir et le même amour pour la littérature. Le jeune homme tombe tout de suite sous son charme. Étonnée, Hazel hésite à suivre son cœur de peur de briser ceux de ses proches quand le moment sera venu. Mais Augustus n’est pas le genre de personne à abandonner facilement, il amadoue l’adolescente et brise peu à peu sa carapace. Ensemble, ils s’envolent pour Amsterdam, à la rencontre de leur auteur favori et avec l’intention de laisser leur maladie de côté pour enfin vivre leur amour, même si celui-ci doit être bref…

Entre rires et larmes Nos étoiles contraires est plus qu’un roman sur le cancer. C’est un texte sur la rage de vivre et le besoin de baisser la garde pour se laisser submerger par la beauté de l’amour, de l’amitié et de la famille. Même si ce roman traite d’un sujet difficile, on ne tombe jamais dans le pathos ou le misérabilisme. John Green a l’art de raconter la vie sans détour. Il mêle avec finesse des moments terribles avec des répliques délirantes, l’émotion avec l’ironie. On découvre des personnages criant d’authenticité, attachants, qui, malgré les épreuves qui entravent leur vie, arrivent encore à rire de leur situation et à aimer.

Sweet Sixteen

Sweet Sixteen, Annelise Heurtier, Editions Casterman

Sweet Sixteen, Annelise Heurtier, Editions Casterman

États-Unis, fin des années 1950. Tandis que la ségrégation entre noirs et blancs fait rage, la Cour suprême des États-Unis décide de rétablir l’égalité des chances entres les jeunes noirs et blancs, autorisant ainsi des étudiants noirs à intégrer les lycées des blancs. A Little Rock en Arkansas, neufs lycéens noirs courageux tentent l’expérience de l’intégration. La promesse d’une meilleure éducation est grande, autant que les menaces et les humiliations que leur réservent leurs camarades…

Parmi ces neufs étudiants, il y a Molly, une adolescente timide, proche de sa famille qui non seulement va faire face au racisme des blancs, mais va également faire devoir subir le désaccord de ses amis et de la population noire. Elle va intégrer le lycée de Grace, jeune femme blanche de la haute société de Little Rock dont les principales préoccupations sont les garçons, son apparence et l’organisation de son seizième anniversaire,  le Sweet Sixteen. Tout au long du roman, on suit le quotidien de ces deux jeunes filles et la manière dont l’intégration affecte leur vie. D’un côté, on voit Molly soumise aux agressions et insultes perpétuelles de ses camarades de classe, traitée presque comme un animal, obligée d’être protégée par un militaire, et qui voit ses amis, restés dans son ancien lycée, s’éloigner peu à peu d’elle. De l’autre, il y a Grace qui, malgré son envie de rester populaire, supporte de moins en moins comment ses amis et la communauté blanche traitent ces lycéens dont le seul tort est d’être né noir…

Sweet Sixteen est un roman troublant et percutant. La force de ce livre réside dans l’utilisation de faits réels. Oui, ces neufs étudiants noirs ont bien existé, oui, ils ont bien été persécutés, brutalisés, humiliés. La claque est d’autant plus forte. Ancienne étudiante en licence d’anglais, j’ai eu des cours sur la ségrégation aux États-Unis, mais ce que j’ai pu apprendre est bien en-deçà de ce qui est décrit dans ce livre. Le racisme atteignait son paroxysme, la violence gratuite était omniprésente (et jamais sanctionnée!). Difficile de croire que des personnes aient pu vivre dans un contexte aussi oppressant… Tout au long de ma lecture, je fus impressionnée par le courage de Molly qui malgré toutes les épreuves qu’elle a à endurer trouve la force de revenir chaque jour en cours. Je fus aussi choquée par le sort que les « amis » de Grace lui réserve pour avoir montrer son soutien à une élève noire.

J’espère que l’année 2014 nous réserve de belles surprise dans les rayons de romans Young Adults.

Et vous quels sont vos coups de cœur?

A savoir!

  • Le Monde de Charlie a fait l’objet d’un film en 2013. L’adaptation est très réussie (le réalisateur du film n’est autre que l’auteur!) et le choix du casting est brillant!
  • Une adaptation de Nos étoiles contraires est en cours. On retrouve dans le rôle d’Hazel l’actrice Shailene Woodley. La sortie est prévue pour le 6 juin 2014.

Caalypso

Le Pomelo Nouveau est arrivé!

Pomelo et les formes, Ramona Badescu et Benjamin Chaud, Albin Michel Jeunesse

Pomelo et les formes, Ramona Badescu et Benjamin Chaud, Albin Michel Jeunesse

Surtout ne pas se précipiter… Prendre le temps de contempler les illustrations, d’apprivoiser chaque mot, de s’imprégner de l’univers… page après page… Impossible.

La sortie de ce livre, je l’attendais avec impatience. Une vraie groupie! Le jour de sa parution, je n’ai pu m’empêcher de me ruer en librairie et de commencer à le lire avant même de passer en caisse!

Et comme tous les autres titres de cette série, c’est drôle, touchant, tendre, délicat, poétique et plein d’imagination.

Cette fois-ci, notre truculent petit Pomelo se demande s’il a une forme particulière. Est-il carré comme le carré de Cléopâtre, rond comme le rond cracra du caca? ou peut-être triangulaire comme un cornet de glace?… C’est avec le sourire aux lèvres et l’éclat de rire prêt à exploser que l’on suit les réflexions attendrissantes et souvent farfelues de ce joyeux petit éléphant rose.

Pomelo fait partie des héros pour la jeunesse que j’aurais aimé découvrir petite. Loin des ouvrages pour la jeunesse parfois très commerciaux et consensuels, cette série de livres ne parle pas aux enfants avec niaiserie ou sur un ton moralisateur. Elle se place à hauteur d’enfants. Elle leur permet de s’interroger, de discuter des grands thèmes de la vie avec des textes où chaque mot est utilisé avec soin et un graphisme épuré et coloré mettant en valeur ce personnage si attachant.

En bref, longue vie à Pomelo !

On attend le prochain millésime avec impatience! Vite!

Caalypso